HISTOIRE DU VIGNOBLE

L’histoire de la vigne dans le Mâconnais est, de par sa situation géographique, intimement liée à celle de la Bourgogne. Les premiers écrits attestant de la présence de la vigne dans cette région remontent à l’an 312 lorsque Eumène fit une description du vignoble de Bourgogne. Certains pensent néanmoins que la vigne fut plantée par les Grecs dès le Vème siècle avant J.C. La vigne se développa parallèlement à la construction des voies romaines qui passaient par Mastico aujourd’hui appelée Mâcon.

Mais c’est au Moyen Âge, sous l’impulsion des moines et des Ducs de Bourgogne, que la qualité des vins s’améliora. En 1395, Philippe Le Hardi fait adopter une Ordonnance mettant en avant le Pinot Noir et bannissant le Gamay Noir. Le Mâconnais n’appartenant pas au Duché et l’influence des débouchés considérables de la ville de Lyon dont les habitants aimaient le Gamay Noir, alors cette région adopta une variété de Gamay : le Petit Gamay ou Gamay Fin, notamment sur la partie méridionale du vignoble. Pour les blancs, les vignes étaient composées de Chardonnay. Jusqu’au XVIIIème siècle, le Mâconnais était majoritairement dédié au Gamay et c’est au début du XIXème que le Chardonnay devient prépondérant jusqu’à couvrir aujourd’hui 80% de la surface viticole.

LE CLIMAT EN MÂCONNAIS

En Mâconnais, le climat est continental. Les hivers sont doux avec une moyenne de 6 ,6° dans les minimas. Et dans les températures maximales, la moyenne est de 15,2°.

LES SOLS

Concernant les sols, on en distingue deux catégories :

  • Les sols marno-calcaires avec une couche peu épaisse.
  • Les sols argilo siliceux sur des substrats granitique et volcaniques notamment dans le Sud à proximité du Beaujolais et parfois ponctuellement dans le reste du vignoble.

LES CEPAGES

Comme expliqué dans l’historique de la région, les cépages dominants sont le Chardonnay et le Gamay Noir. On trouve aussi en plus petites quantités de l’Aligoté et du Pinot Noir.

LES METHODES DE VINIFICATION

Le Chardonnay étant dominant dans la région nous décrirons ici la vinification des blancs pour faire aussi le complément de la vinification des rouges de Bourgogne.

Après la récolte, on commence par l’étape de pressurage afin de récupérer le jus dans une cuve. On procède ensuite au débourbage pendant lequel les parties les plus lourdes sont séparées du « jus clair » qui est mis en cuve ou en fût. Commence alors la fermentation alcoolique et le vin est transvasé ou soutiré dans un autre contenant pour éliminer le dépôt au fond des fûts. En vue de diminuer l’acidité du vin et le stabiliser, on passe ensuite à la phase de fermentation malolactique où l’acide malique est transformé en acide lactique. Vient enfin le temps de l’élevage préférablement en pièce de 228 litres.

LA CULTURE DU VIN MÂCONNAISE

Cette région engagée dans la culture du vin organise plusieurs fêtes et rassemblements qui vous donneront l’occasion de faire de l’œnotourisme.

  • Le Marché des plaisirs gourmands au parc des expositions à Mâcon se déroulant les jours qui suivent l’arrivée du Beaujolais Nouveau. Une centaine d’exposants vous présenteront leurs produits du terroir et pas seulement du Mâconnais. Un évènement qui permet de faire des découvertes et échanger autour de la gastronomie et des appellations vinicoles françaises.
  • Le Concours des Grands Vins de France à Mâcon qui se déroule pendant le Salon des Vins et dont le jury accueille 30% d’amateurs avertis. Si vous souhaitez faire l’expérience de juge au sein d’un concours de vin, n’hésitez pas à faire partie des 2 400 jurés venant de France mais aussi de l’étranger.

LE MÂCONNAIS EN IMAGES